Comment faire son propre Umeshu ?

L'été arrive, et c'est la saison au Japon pour préparer l'alcool préféré des filles (et des garçons sensibles comme moi) connu pour son goût sucré, l'umeshu. Il y a une certaine confusion autour du nom exact de l'Ume, puisqu'on le désigne à la fois comme abricotier du Japon, mais également comme prune. Nous allons nous épargner ce débat scientifique et nous concentrer sur l'essentiel, à savoir sa fabrication !


Voici donc nos prunes japonaises. On a pris, évidemment, la meilleure qualité. Celles-ci viennent de la préfecture d'Okayama et sont de grosses tailles.

Dans un premier temps, on va retirer la base du pédoncule pour avoir une prune parfaitement propre, puis trier les vertes des plus mûres. Ces dernières serviront à faire des umeboshi, du vinaigre d'ume, ou bien du sirop.


Retrait de la base du pédoncule

Séparation des vertes et des mûres.

 

On passe ensuite au lavage. On lave bien les prunes à l'eau, en insistant encore sur la base du pédoncule.

On laisse sécher.

 

Maintenant on va pouvoir passer aux choses sérieuses. Enfin au plus amusant. On va prendre un bocal (dans notre cas ici, un bocal de 4 litres), puis on va le remplir de prunes ume et de sucres candi. Pensez à bien nettoyer le bocal et le passer à l'alcool alimentaire avant de commencer.

On va faire un premier étage d'ume, comme suit.

On passe ensuite une couche de sucres candi.

En général, on compte 500g de sucre candi pour un kilo de prunes ume. On peut également mettre du miel à la place du sucre candi. La proportion sera plutôt alors 350g de miel pour 1 kilo de prunes.

On répète l'étape plusieurs fois selon ses envies. Comme j'aime faire les choses à fond et que je suis gourmand, on va remplir ce bocal de 4 litres ! On devrait donc être autour de 2 kilos de prunes dans notre cas précis.

Deuxième étage...

Troisième étage...

Quatrième étage...

Maintenant qu'on a rempli le bocal, on va verser l'alcool. Il faut compter 1.8L d'alcool à 35 degrés pour un bocal de 4L et 1kg de Ume. Bon, dans notre cas, on aura rempli le bocal avec 1.8L d'alcool et près de 2kg de prunes. Mais c'est parce qu'on a envie de faire comme ça !

On referme le tout !

Et voilà ! Maintenant il n'y a plus qu'à attendre ! Comptez au minimum 3 mois avant de commencer à déguster. Il est préférable d'attendre un peu plus. Le bocal ci-dessous, qui rentre dans sa première année, vous donne une illustration du résultat attendu.

Oui, je sais. Le niveau a baissé. On a goûté et c'est bon ! Vous savez tout désormais. Vous pouvez donc vous lancer dans votre propre production et concurrencer Choya !

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à m'écrire à l'adresse suivante : info@japanorama.fr.

Bonne dégustation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *